Droit divin : Il n’y a pas d’intermédiaire entre Dieu et le roi

Très intéressant détail de la mosaïque du Triclinium leoninum (fin VIIIe siècle)

 

Le Triclinium leoninum ou l’ancien palais pontifical du Latran

On appelle Triclinium leoninum — ou Triclinium de Saint Léon III — l’un des rares vestiges de l’ancien palais pontifical du Latran datant de l’époque de Constantin : l’abside de la grande salle à manger, qui est attenante au bâtiment de la Scala santa (autre vestige de l’ancien palais pontifical) et que l’on voit depuis l’avenue qui relie l’archi-basilique du Très Saint Sauveur à la basilique de Sainte Croix en Jérusalem.

Une splendide mosaïque du Christ-Roi

La mosaïque du cul-de-four représente le Christ debout ordonnant aux Apôtres d’évangéliser toutes les nations et de leur apprendre à garder les commandements divins.
Mais sur la partie plane à gauche du cul de four (c’est ce que reproduit la photo publiée ici) on voit le Christ, siégeant comme un Roi. La mosaïque de ce « triclinium » est porteuse d’une grande leçon et je ne manquais jamais, lorsque je faisais visiter Rome, d’y conduire mes groupes de pèlerins pour leur faire comprendre l’enseignement politique qui s’en dégage.

 

Le pape tient directement son autorité du Christ

De la main droite le Christ confie au pape Saint Sylvestre les clefs jadis promises à Pierre : ainsi l’autorité spirituelle est-elle conférée au pape, successeur de Pierre, directement par le Christ, véritable Chef de l’Église, dont le pape est le vicaire. En effet, les clefs sont le symbole traditionnel de l’autorité des gouverneurs d’une cité. Précisons que, dans le cas du pape, cette autorité est relative à la cité céleste — le « Royaume des Cieux » —, non à la cité terrestre :

Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. Je te donnerai les clefs du royaume des cieux : ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux 1.

Le roi tient directement son autorité du Christ

De l’autre main, le Christ-Roi remet à Saint Constantin l’étendard, symbole de son autorité sur la cité terrestre. L’autorité royale vient immédiatement de Dieu : immédiatement, c’est-à-dire sans médiation. Elle n’est pas donnée par le pape au souverain chrétien, elle est directement confiée par Dieu au Roi.

Conclusion : non subordination d’une autorité à l’autre dans l’ordre qui lui est propre

L’autorité spirituelle du pontife et l’autorité temporelle du souverain proviennent de la même source : le Christ. Elles ne sont pas subordonnées l’une à l’autre ; elles sont distinctes, mais elles ne sont pas séparées puisqu’elles ont la même et unique source : la Royauté du Christ.

Voilà qui infirme, par un témoignage monumental, les théories de Boniface VIII, 5 siècles à l’avance, et qui donne raison à Philippe le Bel, Louis XIV et Bossuet par une mosaïque théologique ornant le palais pontifical lui-même.

Frère Maximilien-Marie

Références   [ + ]

1. Matthieu, XVI, 18-19