Université d’été de l’UCLF : l’édition 2019 a tenu ses promesses

  • 329
    Partages

La 29e session de l’Université d’été légitimiste Saint Louis a eu lieu cette année à Saint-Macaire, près de Bordeaux. Cette université d’été, dont le but est de couronner le travail effectué pendant l’année au sein des cercles légitimistes provinciaux, a proposé une semaine d’étude ordonnée autour de deux idées majeures, la connaissance de la Tradition que nous défendons, et la compréhension de la crise actuelle, selon le mot d’ordre du général chinois Sun-Tsu, qui recommande, en tout combat, de se connaître et de connaître son ennemi :

Qui connaît l’autre et se connaît, en cent combats ne sera point défait ; qui ne connaît pas l’autre mais se connaît sera vainqueur une fois sur deux ; qui ne connaît pas plus l’autre qu’il ne se connaît sera toujours défait 1 .

Depuis des années, nous menons ce combat selon une formule double dont la session de cette année a encore une fois suivi le modèle :

  • d’une part, la lecture de textes portant sur divers aspects de la doctrine légitimiste au sein de groupes d’études de quelques personnes ;
  • d’autre part, la tenue de conférences traitant de sujets encore inexplorés et souvent plus complexes.

Pour répondre à la jeunesse de nos participants — la moyenne d’âge était de moins de trente ans —, le modèle expérimenté l’année dernière a été reconduit : deux « formules » ont été proposées,

  • l’une destinée aux « débutants », qui proposait l’étude quelques textes fondamentaux en guise d’introduction à la légitimité,
  • l’autre — Les Cahiers de l’Université 2019 —, visant les « confirmés », pour exercer leur esprit critique sur des questions plus poussées : la question du rapport entre autorité et pouvoir a ainsi été approfondie par la plupart des groupes d’étude à travers deux textes issus du site bibliothèque viveleroy.

Les conférences, quant-à elles, ont offert un vaste panorama des recherches actuelles :

l’Histoire a été bien servie, par une étude du modèle monarchique orthodoxe, de Constantin à l’empire de Russie, suivie d’une conférence sur la « petite Histoire », en l’occurrence celle des frères Baillard, prêtres légitimistes lorrains dont les déboires, inspirateurs du roman de Barrès La colline inspirée, avaient pour but de mettre en garde contre deux écueils, le providentialisme et le survivantisme.

L’Histoire des idées a ensuite eu les honneurs, avec une conférence sur les origines de la royauté en Occident reprenant les travaux de Marc Reydellet sur le sujet 2, et une étude sur l’influence déterminante du protestantisme pour l’éclosion des idées modernes, inspirée d’un ouvrage de Dale Van Kley sur les origines religieuses de la révolution française 3.

La visite du château de Villandraut, au milieu de la semaine, nous a donné l’occasion de réfléchir sur la corrélation diffuse du Beau et de la civilisation, corrélation que la cinquième conférence nous a permis d’approfondir en nous offrant un résumé de la pensée traditionnelle sur le concept philosophique du Beau, afin de bannir quelques définitions erronées et de proposer un socle conceptuel à de futures contemplations artistiques et littéraires.

Enfin, les deux dernières conférences ont permis de renouveler nos connaissances sur les questions religieuses, à travers un compte-rendu détaillé du récent ouvrage de G. Cuchet : Comment notre monde a cessé d’être chrétien 4, auquel a répondu une conférence donnée par un père dominicain sur l’esprit apostolique, afin de donner aux combattants les armes spirituelles en vue des batailles futures.

Riche d’enseignements, cette Université d’été 2019 a donc permis à de nouveaux combattants de découvrir la légitimité, aux anciens de préciser leurs connaissances, tout en les confirmant dans la justesse de leur mode d’action par cette assurance donnée par Aristote que s’employer à connaître, c’est déjà agir !

Références   [ + ]

1. Général Sun Tzu, L’Art de la Guerre, traduit et présenté par Jean Lévi, Paris, Hachette, 2000, p. 61.
2. Reydellet M., La royauté dans la littérature latine de Sidoine Apollinaire à Isidore de Séville, Rome, École française de Rome, 1981, 644 p.
3. Van Kley D., Les origines religieuses de la Révolution française (1560-1791), Paris, Seuil, « L’Univers historique », 2002, 573 p.
4. Cuchet, G., Comment notre monde a cessé d’être chrétien, Paris, Seuil, 2018, 288 p.