Louis XX salue publiquement l’œuvre sociale du cercle UCLF de Nîmes : Le Cercle Saint Louis Roi de France

  • 275
    Partages

Les lys servent le bien commun :

Message de soutien de Monseigneur le Duc d’Anjou à l’action « la poule-au-pot d’Henri IV » du Cercle Légitimiste Saint-Louis, Roi-de-France :

Je souhaitais, en ces temps de confinement et de difficultés, vous faire part d’une belle œuvre que je souhaiterais voir rayonner ! L’opération « la poule-au-pot d’Henri IV », à l’initiative du Cercle Saint-Louis, Roi-de-France réunit depuis le 1er décembre 2019, une équipe de 15 bénévoles qui accueille dans le centre-ville de Nîmes des personnes de la rue, des personnes âgées et isolées. Ils apportent réconfort aux personnes les plus fragiles en leur offrant un plat de cuisine familiale, chaud, à emporter, avec la possibilité de se recueillir en la chapelle voisine, d’être accompagnées dans les démarches administratives et d’avoir un vestiaire à disposition.

Un temps de réconfort où la charité chrétienne, inspirée par Saint Louis, et le service du bien commun ont trouvé toute leur expression. Mettons-nous ainsi à la suite d’Henri IV pour offrir aux peuples de France la fameuse poule-au-pot !

Dans la situation actuelle, avec le COVID-19, où les personnes de la rue sont encore plus dans le besoin, et avec les encouragements des autorités civiles, ils continuent leur service d’accueil des personnes les plus fragiles pendant la période de confinement, bravo pour ce dévouement !

Les Lys servent le bien commun.

Louis, Duc d’Anjou

Quelques précisions sur l’initiative du Cercle Saint-Louis Roi de France

L’action « la poule-au-pot d’Henri IV » est une œuvre de charité catholique menée par des légitimistes de Nîmes au service du bien commun, et toute personne de bonne volonté. Elle a lieu depuis 16 semaines, tous les dimanches de 18h30 à 19h30, en la chapelle Sainte-Eugénie et est devenu peu à peu l’un des rassemblements prisés du centre-ville de Nîmes.

Cette œuvre est à l’initiative du Cercle Saint-Louis, Roi-de-France, qui l’organise et en a la responsabilité.  Cette action est autorisée et encouragée par les autorités civiles et religieuses.

Son but est d’apporter du réconfort aux personnes les plus fragiles en leur offrant un plat de cuisine familiale, chaud, à emporter, avec la possibilité de se recueillir en la chapelle Sainte-Eugénie. Ils pensent tout particulièrement aux plus démunis, sans-domicile-fixes, personnes âgées, isolées… qui durant les mois d’hiver peuvent bénéficier d’un temps de partage. Ils se mettent ainsi à la suite d’Henri IV pour offrir aux peuples de France la fameuse poule-au-pot !

Du 1er Décembre où ils ont accueilli 7 personnes, ils ont réussi peu à peu à en rassembler une cinquantaine pour environ 500 repas servis. Pour cette association, ne fonctionnant qu’avec la générosité de bienfaiteurs et les cotisations des membres, c’est une belle victoire.

L’initiative a réuni semaine après semaine une quinzaine de bénévoles, principalement des membres du cercle, mais aussi d’autres personnes ; une du diocèse, une autre qui ayant vu l’affiche est venue les aider et qui a adhéré au cercle, et enfin une personne de la rue, qui a souhaité se rendre utile et devenir bénévole. Elle est leur plus belle réussite ! Il s’appelle Louis.

Ceux qui ont répondu à l’invitation étaient principalement des personnes sans-domicile fixes, ou avec très peu de revenus. Il y avait aussi des personnes âgées et isolées, qui assistaient à la messe le matin, et qui trouvaient ensuite un moment de convivialité.

La poule-au-pot est le plat unique et symbolique. Sa préparation s’effectue en famille avec des produits frais. Elle est servie chaude, en barquette, pour être emportée.

La confiance s’instaurant, l’action a évolué avec le temps et les besoins rencontrés : la plage horaire de l’accueil a été étendue, la poule-au-pot a été accompagnée de pain, de pâtisseries maisons et de bon café et un vestiaire a été ouvert pour répondre aux besoins plus matériels. Autour de Noël, il y avait du vin chaud et un buffet de desserts, clémentines et chocolats ; galettes des rois pour l’Epiphanie.

Les bénévoles ont fait de la chapelle Sainte-Eugénie, un lieu de réconfort où la charité fraternelle et le service du bien commun ont trouvé toute leur expression, sans qu’elle perde son caractère sacré. Un nombre non négligeable de personnes s’y sont recueillies, ont emporté des livrets de l’Évangile, des médailles miraculeuses, des cartes de prière…

D’autres allaient directement se recueillir ! À leur façon certes, mais toujours avec respect. Une personne a mis une pièce dans le tronc pour allumer un cierge, de nombreuses autres se sont agenouillées devant l’autel, d’autres ont pleuré…

La présence des bénévoles, en vérité et le plus simplement possible, a touché les gens. Leurs étendards fleurdelisés et leurs gilets polaires brodés aux armes du cercle, ont toujours manifesté leur identité, auprès des autorités civiles et religieuses, comme des personnes défavorisées accueillies.

Dans la situation actuelle, avec le COVID-19, où les personnes de la rue sont encore plus dans le besoin, et avec les encouragements du Cabinet du Préfet et du cabinet du Maire de Nîmes, le service d’accueil des personnes les plus fragiles continuera pendant la période de confinement (en comité réduit et selon les consignes de sécurité sanitaire en vigueur).

Pour entrer en contact directement avec le Cercle Légitimiste Saint-Louis, Roi-de-France et être aussi à l’initiative de «la poule-au-pot d’Henri IV» : http://uclf.org/nos-provinces/