République maçonnique cherche fascistes désespérément

  • 1
    Partage

PHOTO : M. Fillon (droite), M. Macron (gauche libérale), Mme Le Pen (extrême droite) unis sur l’essentiel du politiquement correct : le droit à l’avortement et la légalisation du mariage gay…(Les deux pierres angulaires de la déchristianisation éthique de la France)

Les thèmes maçonniques font l’unanimité de l’extrême-gauche à l’extrême-droite

Paradoxalement, les républiques maçonniques européennes (issues grosso modo du coup d’état jacobin de 1793) qui dans le cours des années 80 du siècle dernier, et par le truchement du politiquement correct, se sont transformées en républiques « féministo-maçonnique-LGBT », sont victimes de leurs propres succès. Certes, si le thème n’était pas si grave, nous pourrions presque nous en amuser. En effet, il suffit de considérer la position des partis politiques européens (des communistes jusqu’à l’extrême droite) pour se rendre compte que s’il y a entre eux toutes sortes de polémiques superficielles, en réalité sur l’essentiel — j’entends par là les thèmes qui sont de natures à changer radicalement et anthropologiquement l’avenir de l’humanité à long terme (notamment la légalisation-déculpabilisation de l’avortement et du mariage homosexuel, la théorie du genre, la PMA pour « toutes ») — tout le monde est d’accord.

La pensée unique triomphe partout

En France

Ainsi pour ne citer que quelques exemples hexagonaux très représentatifs, nous trouvons à l’extrême gauche M. Mélenchon qui est favorable à l’avortement et au mariage gay, et à « l’extrême droite » Marine Le Pen qui elle aussi a fini par s’aligner sur ces thèmes (y compris sur le mariage “contre nature” sinon elle n’aurait jamais nommé Philippot comme lieutenant avant les présidentielles). Pour ce qui est des sinistres personnages de la « droite catholique » classique, contentons-nous de rappeler que dès qu’ils ont une chance de remporter une élection, ils s’agenouillent tous pitoyablement devant l’autel du pire politiquement correct (Fillon, Juppé, Sarkozy, Bayrou et toute la clique). Nous avons tous le grotesque souvenir encore frais dans nos mémoires que lorsque le très « catho » Fillon (les médias l’avaient même diabolisé de « traditionaliste »-sic !), après avoir été accusé par l’autre « catho » Juppé, d’être contre l’avortement (Ô, quel crime !), avait clairement dit qu’il était favorable au libre choix (libre choix de tuer un enfant à naître innocent, hein…).

En Allemagne

Parmi nos voisins européens, la situation est fondamentalement similaire. Nous pouvons citer Mme Merkel (CDU-Christlich demokratische Union-union chrétienne démocrate, donc « sur le papier » une personne de droite et chrétienne) qui a imposé en Allemagne, comme François Hollande l’avait fait un peu plus tôt en France, le mariage gay à la population (dont une grande partie ne voulait pas, mais qui contrairement aux millions de Français de la manif « pour tous », n’a pas eu le courage ou la motivation pour manifester dans la rue. Notons au passage que le succès de la manif “pour tous” est la preuve que la France reste malgré tout la Fille aînée de l’Église). Toujours en Allemagne nous trouvons le parti de droite populaire l’AFD (alternative für Deutschland-alternative pour l’Allemagne) mais dont les membres et dirigeants sont surtout fixé sur la peur des migrants, oubliant au passage que les migrants arrivent dans un pays déjà déchristianisé où règne, comme en France et depuis belle lurette, la culture de mort. L’AFD qui d’ailleurs ne s’oppose dorénavant plus frontalement à l’avortement (À part son aile minoritaire catholique mais qui devra se mettre au pas en cas de victoire).
N’oublions pas non plus le mouvement PEGIDA (entretemps aussi établi dans d’autres pays) qui tape également “à côté de la plaque”, et ce, pour les mêmes raisons que L’AFD.

Aux Pays-Bas

Nous trouvons aussi, cette fois aux Pays-Bas, un autre cas hélas très représentatif. En effet, M. Geert Wilders, chef de l’extrême droite, non seulement est favorable à l’assassinat légal des « enfants à naître » ainsi qu’au mariage homosexuel « contre Dieu et nature » mais qui plus est, son parti est financé par les lobbys Gays européens (pas mal, non ?).

Une ligne de fracture : la culture de mort

En réalité, ces gens n’ont d’extrême droite que les défauts de l’extrême droite : à savoir un rejet réflexif de l’étranger ; mais au fond ils n’ont que faire de la déchristianisation de leurs pays.

Il est même permis de penser, au moins pour des personnes comme Geert Wilders ou Philippot en France (et leurs partisans), que leur rejet de l’islam n’est pas motivé par la peur de la déchristianisation de leurs nations mais plutôt parce qu’ils ont plus ou moins compris que sur le plan éthique, l’islam est sur certains points plus proches de l’Église catholique qu’ils ne le sont eux-mêmes. S’ils sont contre l’islam, ce n’est pas pour sauver le christianisme mais c’est pour renforcer le droit à l’avortement et au mariage gay.

Ils ont, en effet, identifié un danger d’union des religions monothéistes contre la culture de mort féministo-maçonnique-LGBT à laquelle, au fond, ils appartiennent sur l’essentiel (certaines ententes, leur sont bien désagréables, comme par exemple celles entre des catholiques traditionalistes comme Monsieur Alain Escada et des personnes musulmanes comme Farida Belghoul).

Cela me permet de risquer une affirmation qui pourra sembler monstrueuse mais qui, à condition d’être bien comprise, mérite d’être dite: pour certains, le rejet de l’islam est , Ô comble du paradoxe, motivé par la crainte d’une re-christianisation éthique! Oui, une histoire de fou…

La réalité est que l’Europe est tellement infestée dans son âme par la culture de mort, que paradoxalement des étrangers, et qui plus est des étrangers membres d’autres religions, peuvent sembler être de meilleurs compagnons d’armes contre la culture de mort et son déni du réel, que de bons Français et « faux cathos » comme ceux qui nous dirigent et qui vont faire la promotion du mariage homosexuel dans les écoles de la république.

Entre le faux catho « pro avortement » et « pro mariage contre nature » Macron et la vraie musulmane Farida Belghoul, je me sens en tant que catholique plus proche de la musulmane que du faux catho (je me situe ici bien évidemment uniquement sur le plan éthique et non pas théologique)

À la recherche d’un nouvel épouvantail

Fort de ces considérations, nous comprenons maintenant pourquoi les dictatures maçonniques de l’ouest, afin d’entretenir l’illusion de la démocratie et du débat d’idées contradictoires, cherchent désespérément des partis, des mouvements ou des personnes qu’elles pourront diaboliser d’extrêmes droites. C’est pourquoi, en France (mais le phénomène est idem ailleurs) après avoir suggéré avec succès au « grand nombre » que Marine Le Pen, qui en réalité est depuis bien longtemps soumise au système, représentait un danger pour la démocratie, la dictature pousse l’imbécilité (par le truchement de ses intellectuels et autres rebelles de panurge) jusqu’à essayer de nous faire croire que même les gilets jaunes (simples Français qui souffrent tout simplement à cause de leur pouvoir d’achat qui s’atrophie de jour en jour) seraient eux aussi des fascistes…

C’est que la dictature culturelle est en train de réaliser que son succès, désormais quasiment complet « dans les têtes », pourrait paradoxalement devenir grotesque et commencer à ouvrir les yeux à une partie de la population avec ce risque, via les réseaux sociaux, de faire un effet de boule de neige. Depuis l’avènement des réseaux sociaux, le vrai problème de la dictature est non pas le fascisme mais la pénurie de fascistes.