Marianne (Buste pour Mairie), un poème anti-républicain de Paul Verlaine (1881)

  • 45
    Partages

Buste pour Mairies

Marianne est très vieille et court sur ses cent ans,
Et comme dans sa fleur ce fut une gaillarde,
Buvant, aimant, moulue aux nuits de corps de garde,
La voici radoteuse, au poil rare, et sans dents.

La bonne fille, après ce siècle d’accidents,
A déchu dans l’horreur d’une immonde vieillarde
Qui veut qu’on la reluque et non qu’on la regarde,
Lasse, hélas ! d’hommes, mais prête comme au bon temps.

Juvénal y perdrait son latin, Saint-Lazare
Son appareil sans pair et son personnel rare,
à guérir l’hystérique égorgeuse des Rois.

Elle a tout, rogne, teigne… et le reste et la gale !
Qu’on la pende pour voir un peu dinguer en croix
Sa vie horizontale et sa mort verticale !

Paul Verlaine (1881)

Verlaine, 1881, Invectives, Œuvres poétiques complètes, éd. de la Pléiade, 1959, p. 710.